Jeûner pendant 7 jours

Questions & Réponses pour préparer un jeûne d'une semaine

Un jeûne d’une semaine n’est pas une expérience ordinaire ou anodine pour la plupart d’entre nous. C’est pourtant un excellent moyen de détoxifier son corps, de reprendre des habitudes alimentaires saines et de prendre un peu de temps pour soi.

Il est en revanche nécessaire de se préparer et de connaître les réactions possibles de son corps lors d’un jeûne de longue durée.

Nous avons recueilli les questions les plus fréquentes qui nous ont été posées ainsi que les informations qui nous semblent nécessaires à savoir afin de pouvoir jeûner sereinement et de vivre au mieux cette expérience unique. 

Sommaire

Quels sont les différents types de jeûnes ?

Il existe plusieurs façons de jeûner. Toutes ont leur spécificité et ne sont pas forcément adaptées à des jeûnes longs. On distinguera 4 grandes catégories de jeûnes : le jeûne intermittent (intermittent fasting), le jeûne hydrique, le jeûne modifié (aussi appelé Buchinger, celui que nous pratiquons la plupart du temps dans nos séjours !) et le jeûne sec.

Le jeûne intermittent (intermittent fasting)

Ce jeûne à la mode depuis quelques années consiste à ne jeûner qu’une partie de la journée. Il consiste donc à alterner des périodes de jeûne et d’alimentation dans la journée, sur des durées prédéfinies. Les plus classiques étant le 16/8 ou le 20/4, c’est-à-dire jeûner pendant 16 (ou 20) heures et manger sur une période de 8 (ou 4) heures. C’est un mode de jeûne « léger » qui peut être adopté sur le long terme, mais qui n’en est pas moins efficace. Il mérite un article à part entière, mais dans ses principaux avantages on retrouvera par exemple :

  • Facilité d’appréhender une restriction calorique (et donc de perdre du poids)
  • Un effet positif sur la flore intestinale
  • Amélioration de la glycémie, notamment par la baisse de la sensibilité à l’insuline (moins de pics glycémiques car les repas sont moins fréquents)

Le jeûne hydrique

C’est un mode de jeûne pouvant s’étendre sur plusieurs jours et qui consiste à ne pas consommer d’aliments ou de liquides caloriques. Ainsi, vous pouvez consommer des tisanes ou du bouillon par exemple. 

A ne pas confondre avec le jeûne hygiéniste, jeûne qui se pratique dans le plus grand repos.

Le jeûne modifié (ou jeûne Buchinger)

C’est le mode de jeûne que nous utilisons la plupart du temps sur nos séjours. Son nom, Buchinger, vient d’un médecin allemand, Otto Buchinger, qui a démocratisé cette méthode de jeûne (aujourd’hui appliqué dans des cliniques portant son nom en Allemagne et en Espagne). Ce jeûne autorise les jus et bouillons mais toujours en limitant l’apport calorique qui doit rester faible (entre 150 et 300Kcal par jour). 

Avec cette méthode, les jeûneurs peuvent jeûner sur de plus longues périodes. Nous proposons d’ailleurs aux participants de nos séjours d’effectuer 2 semaines consécutives, et la 2ème semaine est généralement plus facile que la première !

Le jeûne sec

Pas de nourriture solide ou liquide, et pas d’eau ! C’est la forme de jeûne la plus stricte et qui n’est conseillée que sur des périodes courtes

Pour quelles raisons jeûner ?

Les bienfaits du jeûne sur la santé

Depuis l’antiquité, le jeûne est utilisé à des fins médicinales et pour guérir de certains maux. De nombreux bienfaits sont attribués au jeûne, dont certains ont pu être démontrés scientifiquement :

  • Meilleure sensibilité à l’insuline et contrôle de la glycémie
  • Réduit les facteurs d’inflammation (douleurs articulaires par exemple)
  • Améliore la pression sanguine et contribue à réduire l’hypertension artérielle
  • Réhabilitation de l’estomac et du système digestif, renouvellement de la flore intestinale
  • Bienfaits sur l’humeur, l’anxiété

Lors d’une étude publiée en 2013, 7 docteurs ont analysé les résultats d’un jeûne Buchinger de 7 jours auprès de 30 femmes en surpoids.

Les résultats ont montré (entre autres) :

  • des baisses significatives de la tension artérielle
  • du cholestérol LDL (celui que l’on appelle le mauvais cholestérol)
  • de l’insuline

Dans l’ensemble, les patients ont aussi observé une amélioration de leur humeur générale qui s’est manifestée sous la forme d’une baisse du niveau d’anxiété, de dépression, de fatigue et d’une augmentation des niveaux d’énergie.

Tous les détails de l’étude (en anglais)

La vocation spirituelle du jeûne

Présent dans (presque) toutes les religions, le jeûne a longtemps été pratiqué non seulement pour des raisons religieuses ou médicinales, mais aussi dans des objectifs de quêtes spirituelles. 

En effet, beaucoup de nos jeûneurs participent à nos séjours pour s’accorder du temps et se recentrer sur l’essentiel. Certains traversent des périodes difficiles ou compliquées, d’autres ont besoin de temps pour réfléchir.

La sensation de légèreté, de plénitude et la clarté d’esprit qui accompagnent les jeûnes de plusieurs jours permettent d’aborder différemment les problèmes de la vie extérieure et de regagner l’énergie nécessaire à les affronter. Le jeûne est un excellent remède contre le burn-out !

Y a t-il des contre-indications à jeûner 7 jours ?

Alors que le jeûne est très efficace en prévention de certaines maladies, il est nécessaire d’être prudent quant à sa pratique selon son état de santé. Le jeûne long (plus de 6 jours) a un impact important sur votre métabolisme, il y a donc certains cas dans lesquels il n’est pas adapté.

Tout d’abord, il est déconseillé aux enfants, aux femmes enceintes (et allaitantes), et aux personnes âgées faibles ou en sous-poids, qui ont toutes besoin d’une alimentation régulière.

Ensuite, il est contre-indiqué en cas de :

  • Situation d’amaigrissement extrême (IMC<18), d’anorexie
  • De diabète de type I
  • D’ulcère de l’estomac ou du duodénum
  • De cancer ou de maladies tumorales
  • De sclérose en plaques
  • D’insuffisance rénale ou hépatique
  • De troubles thyroïdiques
  • D’hypotension
  • D’artériosclérose cérébrale avancée
  • De décollement de la rétine
  • De maladie auto-immune

De plus, si vous êtes sous traitement médical il est fortement recommandé de demander l’avis de votre médecin afin de l’adapter si nécessaire.

Enfin, il n’est bien entendu pas recommandé de commencer un jeûne long si vous souffrez de fatigue ou d’épuisement chronique.

Quels sont les risques d'un jeûne d'une semaine ?

En l’absence de contre-indications comme celles citées ci-dessus, un jeûne de quelques jours ne présente pas de danger particulier. En effet, c’est un processus biologique normal pour l’Homme, et bien que nous ne soyons (quasiment) plus confrontés au manque de nourriture régulier, notre corps y est pourtant préparé. 

En revanche, il y a néanmoins des précautions à prendre. Par exemple, beaucoup de jeûneurs boivent beaucoup d’eau pendant leur jeûne, ce qui couplé à la privation de nourriture peut provoquer un déficit en électrolytes, notamment en potassium et en sodium. Ces carences peuvent avoir un impact sur le plan cardiaque, c’est une des raisons pour lesquelles nos jeûnes sont de type « Buchinger » et que nous recommandons à nos jeûneurs de boire au moins 3 litres d’eau par jour en plus des bouillons et des jus servis. Ceux-ci permettent d’adoucir les crises curatives pouvant se produire.

Enfin, la privation de nourriture pendant plusieurs jours entrainant des pertes en vitamines et minéraux, c’est une raison de plus pour adopter des habitudes alimentaires saines et équilibrées lors de la reprise alimentaire. 

Note : bien qu’il n’y ait pas de contre-indications particulières, il est important d’être accompagné, surtout lors de vos premiers jeûnes, par des personnes connaissant les réactions possibles de votre corps et qui vous guideront pendant cette expérience. Profitez de nos séjours pour avoir un accompagnement personnalisé et partager l’expérience avec d’autres jeûneurs !

A t-on faim pendant ce jeûne de 7 jours ?

C’est la question qui nous est posée le plus souvent, et c’est une inquiétude tout à fait justifiée. En effet, nous avons tous régulièrement faim si nous sautons un repas ou ne mangeons pas assez et il est légitime de penser que nous serions affamé en ne mangeant quasiment rien pendant 7 jours !

Dans la réalité il n’en est rien. La sensation de faim est présente durant les premières heures du jeûne puis disparaît et laisse place à une sensation de bien-être et de plénitude. Nous vous invitons à consulter les témoignages de jeûneurs sur cette page pour comprendre leur ressenti pendant leur semaine de jeûne. Témoignages

En revanche, il est très important de bien se préparer à cette semaine de jeûne et d’effectuer rigoureusement votre « descente alimentaire », processus qui consiste à réduire progressivement l’alimentation plusieurs jours avant le début de votre jeûne afin de préparer l’organisme à l’arrêt de la nourriture. 

A quoi m'attendre pendant ce jeûne ?

Si c’est votre premier jeûne, il est important de connaître les réactions possibles de votre corps afin d’être mieux préparé à les affronter.

Pendant les premières 24 à 36 heures (phase de glycogénolyse) : vous ressentirez un regain d’énergie, un « dégonflement » des tissus ainsi qu’une sensation de bien-être digestif. Alors que certaines personnes observent des difficultés à dormir pendant le jeûne, une étude allemande a analysé le sommeil de 15 patients ayant fait un jeûne modifié d’une semaine et a montré une amélioration significative de la qualité du sommeil.

Il est aussi possible de ressentir certains symptômes de sevrage, tels que des brûlures d’estomac, un rythme cardiaque instable (mais sans danger !) ou des crampes.

Pendant une ou deux journées environ (phase de néoglucogenèse ) : il est possible d’avoir une crise d’acidose, vous pouvez avoir des nausées, des maux de tête, des vertiges… Comme nous l’expliquons ci-dessous, le pH sanguin va s’acidifier ce qui peut entrainer ces effets secondaires, qui ne sont pas systématiques et dont la durée peut varier !

Les randonnées légères que nous faisons lors de nos séjours prennent ici tout leur sens. La marche permet la mise en circulation des toxines et ainsi une évacuation plus rapide. Les maux de tête ou nausées passent en 15 minutes lorsque l’on se met en mouvement !

Pendant le reste de votre jeûne (cétogenèse) : vous n’aurez plus faim, une sensation de légèreté et de bien-être général s’installent.

Manger, c’est une nutrition de l’extérieur. Jeûner c’est se nourrir de l’intérieur. Vous n’aurez pas faim tant que vous avez des réserves de graisse.

Enfin, pendant ce jeûne il est tout à fait normal d’observer une perte de poids. Généralement, les femmes perdent 2 à 5 kilos tandis que les hommes peuvent en perdre jusqu’à 8. Evidemment, toute cette perte n’est pas seulement de la graisse corporelle mais aussi de l’eau. Il est donc naturel d’en reprendre une partie une fois le jeûne rompu, même après une reprise alimentaire progressive et équilibrée.

Jeûner une semaine est-il une bonne idée pour perdre du poids ?

Oui… et non. Se priver de nourriture va forcément entrainer un déficit calorique et donc vous faire maigrir. En revanche, selon la durée du jeûne, il faut que la reprise alimentaire soit faite de manière progressive et méthodique. 

Le jeûne tel que nous le pratiquons dans nos séjours contribue à perdre du poids, mais a surtout pour but de détoxifier et d’effectuer une « remise à zéro » de l’organisme. Ainsi, il vous permettra de créer une base saine pour adopter de bonnes habitudes alimentaires et donc maigrir par la suite si vous le souhaitez.

Enfin, bien que le jeûne de longue durée n’ait pas pour objectif principal la perte de poids, de nombreuses études ont démontré que le jeûne intermittent pouvait être une solution durable et efficace pour maigrir. 

Que se passe t-il dans mon corps lors d'un jeûne de longue durée ?

En bref : votre corps utilisera ses réserves immédiates (le glycogène musculaire et sanguin) pendant les ~30 premières heures. Ensuite, il utilisera brièvement les protéines et les réserves de graisse. Enfin, il n’utilisera plus que vos réserves de graisse jusqu’à leur épuisement (plusieurs semaines).

En détail :

Lorsque vous cessez de vous alimenter, le corps humain réagit. 

Dans un premier temps, dans les premières 24 à 36 heures, votre corps va fonctionner grâce aux réserves immédiatement disponibles, c’est à dire en puisant dans vos réserves de glycogène (une forme de glucide complexe) sanguin et musculaire. 

Une fois les réserves de glycogène épuisées, une nouvelle phase métabolique de transition va se mettre en place, la néoglucogenèse. Concrètement, votre corps ira puiser dans les protéines et la dégradation des graisses « de réserve » pour produire le glycose nécessaire à son fonctionnement. Ces graisses ne sont d’ordinaire quasiment jamais utilisées car l’alimentation est suffisamment régulière dans notre société actuelle. 

Cette phase de néoglucogenèse est généralement très courte, de l’ordre d’une dizaine d’heures. En effet, la néoglucogenèse provoquant la diminution de la masse musculaire au profit de la création de sucre (votre corps utilise des protéines), et le cœur étant un muscle, cette réaction métabolique s’arrête rapidement. Ainsi, la néoglucogenèse s’arrête et laisse la place à la cétogenèse qui va donc transformer les graisses corporelles (les réserves) en corps cétoniques, utilisés pour apporter de l’énergie à votre corps. Cette phase cétogène est récemment devenue très connue car de nombreuses études ont démontré l’impact positif des corps cétoniques sur les maladies dégénératives.

Enfin, il est à noter que cette phase ne peut évidemment pas durer indéfiniment et qu’une fois les réserves épuisées, le corps recommencera comme dernier recours à utiliser les protéines pour apporter de l’énergie. A ce moment le jeûne devient dangereux, mais un humain en bonne santé et sans surpoids a une autonomie d’environ 1 mois, plus chez les personnes ayant une masse graisseuse importante.  

Comment préparer mon jeûne ?

Etape cruciale, la préparation de votre corps au jeûne doit être effectuée en amont quelques jours avant votre arrivée au séjour, en effectuant une descente alimentaire

La descente alimentaire a pour but de réduire progressivement la quantité de nourriture ainsi que la diversité des aliments que vous consommez avant de commencer votre séjour de jeûne. En préparant votre corps au jeûne, vous éviterez ainsi un certain nombre d’effets indésirables du jeûne, tels que les nausées, les vertiges, les migraines…

Nous vous recommandons de prévoir une journée de descente alimentaire par jour de jeûne. Donc pour une semaine de jeûne dans l’un de nos séjours, nous vous recommandons de commencer votre descente alimentaire une semaine avant votre arrivée. 

Combien de temps doit durer le jeûne ?

3 jours est la durée minimale pour qu’un jeûne ait de réelles vertus thérapeutiques. C’est en effet durant la phase cétogène qui arrive à partir du 3ème jour que votre corps se nettoie et se détoxifie le plus efficacement. Il serait donc dommage d’avoir passé les 3 jours les plus désagréables et d’arrêter aussitôt ! Ainsi, nous vous recommandons de jeûner au minimum 5 à 7 jours

Ainsi, 72 heures est la durée minimale pour commencer à observer les effets positifs sur le corps, mais la détoxification de l’organisme prend du temps, c’est pourquoi il est important selon nous de jeûner plus de 5 jours. 

Comment reprendre l'alimentation après mon séjour de jeûne ?

Votre semaine de jeûne est terminée, il est temps de reprendre progressivement une alimentation saine. Progressivement, car votre estomac et votre système digestif étaient au repos pendant plusieurs jours, il vaut donc mieux éviter de les agresser avec une raclette dès le premier soir …

La reprise alimentaire est une étape toute aussi importante que votre semaine de jeûne et il est d’usage qu’elle dure plus ou moins aussi longtemps que la durée du jeûne.

Pour les premiers jours nous vous recommandons de ne manger que des fruits et légumes crus (ou cuits à la vapeur). Il faut bien mastiquer et surtout ne pas attendre d’arriver à satiété. Augmentez les portions petit à petit. N’hésitez pas à consommer des jus de légumes, avec éventuellement un peu de fruits.

Après 2 ou 3 jours vous pouvez réintroduire les céréales (idéalement complètes), telles que le riz ou les pâtes ainsi que les légumineuses.

Enfin, petit à petit dans les jours suivants vous pouvez ajouter les huiles, les protéines animales et les laitages.

 

Allez-y en douceur, ne brusquez pas votre organisme avec des quantités importantes ou des aliments transformés.

Vais-je reprendre du poids après mon jeûne ?

Il est fréquent d’entendre dire « si tu ne manges pas pendant plusieurs jours, tu vas tout reprendre dès que tu vas recommencer à manger ! ». Dans les faits, ce n’est à la fois pas (complètement) vrai, et pas aussi simple

En réalité, cela dépend grandement de la reprise alimentaire et de vos habitudes alimentaires par la suite. Vous reprendrez le poids de l’eau perdue, mais si la reprise alimentaire est faite en douceur et surtout, contrôlée, il est tout à fait possible d’observer une perte de poids durable après votre semaine de jeûne.

J'aimerais faire plusieurs séjours de jeûne, est-ce trop ?

Il est tout à fait possible de faire plusieurs séjours de jeûne pendant l’année, voire plusieurs d’affilés ! En effet, comme nous l’expliquions ci-dessus, un humain en bonne santé peut s’abstenir de manger pendant 1 mois sans difficulté. Or, nos jeûnes sont des jeûnes « Buchinger », nous consommons donc des jus et des bouillons.

Ainsi, il est tout à fait possible d’effectuer plusieurs séjours de jeûne d’affilée (sans mourir de faim…), ce qu’ont déjà fait beaucoup de jeûneurs.

Il nous est même arrivé de faire 3 semaines de jeûne d’affilée !

Pour l’anecdote, le « record du monde » de jeûne est détenu par un anglais, Angus Barbieri. Il a jeûne 382 jours, sous surveillance médicale bien évidemment, ce qui lui a permis de passer de 207kg à 82kg, soit une perte de 127kg !

Note : jeûner une semaine n’est déjà pas anodin, surtout pour les personnes non expérimentées. Si vous souhaitez jeûner plusieurs semaines d’affilée, nous vous encourageons fortement à vous faire accompagner. Vous pouvez consulter nos séjours ici et nous faire part de votre souhait de pratiquer plus d’une semaine d’affilée lors de votre demande d’inscription. Nous vous ferons découvrir avec plaisir ce formidable voyage intérieur.

Références

https://www.cairn.info/revue-hegel-2019-1-page-1.htm

https://www.lanutrition.fr/les-cetones-le-carburant-prefere-du-cerveau (2)

https://www.doctissimo.fr/nutrition/sante-dans-l-assiette/jeune-bien-jeuner/effets-jeune

https://www.lanutrition.fr/plus-besoin-dinsuline-pour-3-diabetiques-grace-au-jeune-intermittent

Chenying Li et al. Metabolic and psychological response to 7-day fasting in obese patients with and without metabolic syndrome https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/24434755/

Wilhelmi de Toledo F et al. Safety, health improvement and well-being during a 4 to 21-day fasting period in an observational study including 1422 subjects. PLoS One. 2019 Jan 2;14(1):e0209353 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/30601864/